> retour menu précédent

 

Guillotine dans le XIVème arrondissement (1832-1851)

Louisette ou Louison, Le Grand Rasoir National, La Cravate À Capet, La Mirabelle, L'Abbaye de Monte-à-Regret, Le Vasistas, La Veuve, La Raccourcisseuse Patriotique, la demi-lune, La Lucarne, Le Massicot, La Bécane, Les Bois de Justice, la bascule à Charlot, le prix Goncourt des assassins…

Après presque deux ans d'abolition de guillotine en matière politique, en 1832 sous la monarchie de juillet, la guillotine fut déplacée et repris fonction place St-Jacques et resta sous la deuxième république jusqu'en 1851. Elle était rangée après chaque exécution dans une remise rue du faubourg St Jacques. Y seront exécuté de criminels, tels que Lacenaire, Avril, Poulman, ..., ainsi que des régicides qui tentèrent d'assassiner Louis-Philippe : Fieschi, Pépin , Morey (attentat le 28 juillet 1835, leur exécution le 19 février 1836) , Alibaud, Darmès, Lecomte...

Attentat de Fieschi / tête du décapité Fieschi

La guillotine place St Jacques.

 

La première exécution à la barrière Saint-Jacques 3 février 1832, à 8h30 Victor Hugo en parle dans la préface de son livre le dernier jour d'un condamné.

« À Paris, nous revenons au temps des exécutions secrètes. Comme on n'ose plus décapiter en Grève depuis juillet, comme on a peur, comme on est lâche, voici ce qu'on fait. On a pris dernièrement à Bicêtre un homme, un condamné à mort, un nommé Désandrieux , je crois ; on l'a mis dans une espèce de panier traîné sur deux roues, clos de toutes parts, cadenassé et verrouillé ; puis, un gendarme en tête, un gendarme en queue, à petit bruit et sans foule, on a été déposer le paquet à la barrière déserte de Saint-Jacques. Arrivés là, il était huit heures du matin, à peine jour, il y avait une guillotine toute fraîche dressée et pour public quelque douzaine de petits garçons groupés sur les tas de pierres voisins autour de la machine inattendue; vite, on a tiré l'homme du panier, et, sans lui donner le temps de respirer, furtivement, sournoisement, honteusement, on lui a escamoté sa tête. Cela s'appelle un acte public et solennel de haute justice. Infâme dérision ! »

La demi lune représente soit la forme de la place St Jacques, soit la forme de la planche de la guillotine sur lasquelle le cou repose.

 

Liste des exécutions qui ont eu lieu à la barrière St Jacques

Executions
Condamnés
Informations
Condamnation
03 février 1832
Philippe-Marie Desandrieux
64 ans. Double tentative de meurtre, dont celle d'un vieillard. première exécution place Saint-Jacques.
30 août 1832
Frédéric Benoît
19 ans. Tua sa mère, puis son ami de débauche, Joseph Formage, à qui il avait parlé de son crime.
30 septembre 1843
02 mars 1833
François Régey
Tua son ami Ramus, garçon de caisse.
26 septembre 1833
Louis Lemoine
Assassin de la femme de chambre de Mme Dupuytren.
1835
Fournier alias "Queue de Boeuf"
Pour récuperer la prime au repêchage de cadavres dans la Seine, n'hésita pas à jeter lui-même des passants dans le fleuve !
30 septembre 1831
24 octobre 1835
Roch Bélard
Assassin.
17 juin 1843
01 mars 1836
Marin L'Huissier
Tua et scia Mlle Ferrand en deux.
04 août 1836
Benito Pereyra
Ancien dominicain espagnol, tua son compatriote, l'abbé Ferrer, qui l'hébergeait.
09 janvier 1836
Pïerre-François Lacenaire et Pierre Avril
Tuèrent la veuve Chardon et son fils.
30 octobre 1842
11 juillet 1836
Louis Alibaud
Tenta d'abattre Louis-Philippe avec une canne-fusil
19 février 1836
Giuseppe Fieschi, Morey et Péin
Terroristes, tentèrent d'assassiner Louis-Philippe.
27 janvier 1836
Joseph David
40 ans, ancien militaire. Tua sa belle-soeur à l'hôtel des Invalides.
02 août 1838
Jacques-François Lamy
Tua, avec la complicité de ses deux fils, tua Mr Levacher, 81 ans.
15 décembre 1838
François Alexandre Perrin
Tenta de tuer deux femmes. Premier condamné à mort à attendre son exécution à la prison de la Roquette.
21 juillet 1838
Victor Jadin
Tua une domestique.
28 décembre 1840
Jean Charles
Meurtrier de sa maîtresse Louise Guidet, première exécution d'Henri-Clément Sanson.
29 février 1840
Louis Augustin Lober
Garçon boulanger de 27 ans qui, le 06 octobre 1839 à Paris, tenta d'assassiner les deux demoiselles Decaux, dans leur magasin de lingerie, ainsi que le portier de la maison. Dernière exécution d'Henry Sanson
31 mai 1841
Edmond-Marius Darmès
Attentat contre Louis-Philippe le 15 octobre 1840.
05 février 1843
Poulmann
Bagnard, s'évada de trois bagnes différents. Libéré, il tua un aubergiste à Nangis pour le voler.
07 décembre 1842
09 février 1843
Victor "Délicat" Vallet
Tua, avec son complice Mirault, le cocher Cataigne. Tous deux condamnés, seul Mirault fut grâcié.
24 janvier 1843
22 mars 1843
Frédéric Dupré et Joseph Norbert
Vol et assassinat.
30 novembre 1843
Henri Salmon
Tua Mr Sêchepine dans le bois de Vincennes.
20 avril 1844
Marie-Honoré Ducros
Tua la Veuve Sénépart.
02 mai 1843
08 février 1845
Nicolas-Alphonse Fourrier
Chef de la bande des "Escarpes", spécialistes ès vols à main armée et assassinats.
03 décembre 1842
08 juin 1846
Pierre Lecomte
Attentat contre Louis-Philippe, dernière exécution d'Henri-Clément Sanson
24 avril 1845
Ducoudray
Tenta d'assassiner son épouse à coups de marteau
09 mars 1846
Michel Saunier
16 février 1846
Louis Porthault
Tentative d'assassinat sur quatre (!) personnes.
04 mars 1843
26 septembre 1846
Jean Pétry
05 juillet 1843
28 octobre 1847
Joseph Bertrand
Première exécution de Férey
12 août 1843
1848
1849
Jean-Pierre Gayrard, Catherine Rienneau et Jean Gaches
13 juin 1842
02 mai 1850
Jean-Claude Aymé
28 mars 1850
Barthélémy Roulette
26 août 1843
15-16 mai 1851
Laforcade
18 juin 1851
Ferdinand Viou
Tua son patron, Poirier Desfontaines, marchand de bronzes d'art, à coups de marteau et cacha le corps dans une malle. Dernier exécuté à la barrière St-Jacques.

 

   

 

 

Croquis à la sanguine de la guillotine et l'échafaud dans les carrières de Paris

 

 

Guerre et insurection 1870-1871

 

Free counter and web stats