Email me Daria Kafka

Etude et Exploration
des Gouffres et Carrieres
 
Cataphilie ?

 

10 juillet 2018

L'EEGC est un (petit) club de spéléologie fondé par une bande de copains en 2002. N'ayant pas de local il est passé du CDS75 au CDS92 puis au CDS94 au grès des déménagements de l'administration. D'accord ... vous pensez qu'à Paris, il n'y a pas de grottes... Mais, la spéléo s'intéresse également aux cavités artificielles.

Petit wikipédia : Spéléologie (du grec ancien σπηλαιοv / spelaion «grotte» et λόγος / logos «discours, raison, parole») est l'activité qui consiste à repérer, explorer, étudier, cartographier ou visiter les cavités souterraines, naturelles, anthropiques ou artificielles, puis à partager ses connaissances.

Nous partons environ un week-end par mois hors IDF pour visiter des cavités naturelles. La plupart du temps dans le Doubs, la Bourgogne ou la Meuse. Mais aussi en camps plus long, n'importe où en France.

Depuis sa création l'EEGC a également participé et organisé des expéditions internationales, notamment au Laos dans la région de Vang Vieng et de Kasi.
http://laos.eegc.org/

Photographie souterraine de Francois :
https://www.flickr.com/photos/flallier/ Ouvrage sur le premier inspecteur des carrières de Paris :
www.acp-asso.org/charlesaxelguillaumot.php

Si ressentez cet irrépréssible et maléfique appel des profondeurs, et que vous cherchez des compagnons souterrains, on va s'entendre, contactez-nous !

Ci-dessous l'actualité du club :

 

Pourquoi aller dans ces lieux souterrains froids, obscurs, sales, humides, inconfortables, et ... interdit ?

On pourra retourner la question, se la poser des milliards de fois. Une réponse unique n'existe probablement pas, et ne serait pas satisfaisante. Il en existe un tas.

Des prétextes, passions, expériences sensorielles, aux convictions profondes. Ce que l'on pourrait dire sans se tromper, et qui mettrait tout le monde d'accord, c'est son caractère hors du commun et coupé du monde quotidien.

Coupé des référentiels imposés en surface, les passagers du sous-sols sont attirés par un sentiment de liberté salvatrice. C'est un refuge, un terrain de jeu, un terrain d'aventure, un sujet d'étude, un jardin secret, un chez-soi partagé, une zone autonome, une recherche d'identité, une source de créativité ou chaque un imagine son monde idéal. Mais surtout cette exaltation de vie souterraine est liée intimement à la notion de clandestinité qui donne ce sentiment de liberté.

No man's land. Autonomie. Faire ses propres recherches archéologiques, historiques, biologiques, organiser des fêtes, aménager ses salles, décorer la zone, se défouler. Aimer le lieu et tout ce qui va avec. Bref. Ce concept est la cataphilie. C'est aimer les catacombes. Ce concept existe dans d'autre ville que Paris, d'autres carrières. Ce n'est pas que les catacombes. Mais ce n'est plus la cataphilie dès lors que ce n'est plus clandestin.

Légiféré, et ce n'est plus un monde parallèle indépendant. Ca devient un écomusée, avec son règlement intérieur, de nouveau lié à l'extérieur. Bien entendu le but n'est pas de cracher sur les écomusées. Qui ont aussi leur intéret à défendre face aux dégradations anthropiques entropiques.

 

 

pas le droit !